Analysez l’étiquette énergétique de votre chauffage !

Depuis 2015, une directive européenne appelée ErP (Energy-related Products, c’est à dire produits consommateurs d’énergie) impose une étiquette énergétique pour tous les appareils de chauffage. But avoué ? Réduire l’émission de CO2 en orientant les consommateurs vers les équipements les plus économiques. Comment ? En leur fournissant des infos sur les performances de leur future installation.

Une étiquette énergétique pour de meilleures performances

Comment distinguer les chauffages les plus performants ? En décryptant l’étiquette européenne d’efficacité énergétique. On vous explique comment.

Un peu d’histoire. L’obligation de l’étiquette d’efficacité énergétique (et ses fameux codes couleur/lettre) pour les gros appareils ménagers (machine à laver, réfrigérateur, lave-linge, lave-vaisselle, etc.) date des années 90. Depuis le 26 septembre 2015, tous les appareils de chauffage et de production d’eau chaude doivent également porter cette étiquette énergétique européenne.

Une étiquette européenne standard…

Cette étiquette permet aux consommateurs de comparer la consommation énergétique des installations de chauffage. Une lecture on ne peut plus simple : A+++ correspond à un chauffage peu énergivore et donc économe ; la lettre G sur fond rouge à un appareil énergivore et donc peu économe. Entre les deux ‘scores’, vous êtes face à une installation perfectible.

Sur l’étiquette standard (voir ci-dessus) figurent également des pictogrammes qui vous renseignent sur la classe énergétique pour l’eau chaude (en fonction du même code couleur/lettre), la puissance thermique et le niveau sonore de l’installation.

… et une étiquette mixte pour analyser l’installation globale

L’introduction du label a vu les normes énergétiques se durcir. Ainsi, si une chaudière à condensation obtient souvent une étiquette A, une chaudière à basse température devra atteindre une efficacité énergétique qui correspond à la lettre B. Sauf si elle est couplée  à un autre composant énergétique.

De fait, tous les composants du système de chauffage influencent l’efficacité d’une installation ! Prenez une chaudière à condensation couplée à des capteurs solaires, seule une étiquette mixte pourra indiquer l’efficacité  énergétique d’une telle installation.

Bon à savoir : la réglementation européenne Erp s’adresse à tous les fabricants et imposent à tous les installateurs de fournir ladite étiquette lors de l’installation du système de chauffage/chaudière.

A compter de septembre 2019, l’échelle énergétique passera de 9 classes à 7 classes (de A+++ à D), de manière à renforcer davantage les exigences d’efficacité énergétique.