Les chaudières à mazout bientôt interdites chez nous ?

2021… 2025… 2035 ? La date ne semble pas fixée, mais, dans le cadre de la politique climatique européenne, la Belgique doit prévoir l’interdiction de la vente des chaudières à mazout.

En juillet dernier,  le gouvernement flamand lâche une bombe : la vente des chaudières au mazout sera interdite dès 2021 ! La mesure dépasse les exigences du Pacte énergétique fédéral, récemment négocié,  qui arrêtait une date butoir en… 2035. C’est peu dire que les quelque 1,5 million de Belges qui se chauffent au mazout seraient pris de court. 34 % de la population ! 55 % de citoyens se chauffent gaz, 7 % à l’électricité et 4 % recourant à d’autres sources de combustibles.
Concrètement, on en est où ?

La vente de chaudière est interdite, pas leur utilisation !

C’est une précision qui change tout pour les ménages qui se chauffent au mazout ! En effet, ce que prévoit la règle, c’est l’arrêt de la vente de chaudières au mazout en 2035. Même si les chaudières de dernière génération consomment beaucoup moins, affichant une diminution de 27% en 25 ans, on considère qu’elles émettent encore trop de CO2. Conséquence : fin des ventes.  Mais leur utilisation, en revanche, n’est pas interdite. Le Pacte fédéral prévoit que les utilisateurs d’une chaudière à mazout pourront la conserver.

Des calendriers différents?

La Flandre et Bruxelles veulent prendre les devants, même si aucun texte légal n’a encore été définitivement adopté à ce jour. Leurs motivations tiennent à deux raisons : la durée de vie des chaudières (entre 20 et 30 ans) et l’urgence de réagir face au réchauffement climatique. Si les régions sont compétentes pour réglementer l’utilisation et l’installation des chaudières mazout, le fédéral reste compétent pour en réglementer la vente.

En Wallonie : 2035

La région wallonne s’est alignée sur le calendrier fédéral. 2035, donc. La conversion s’annonce en effet plus compliquée qu’ailleurs. Car la Wallonie compte de nombreuses zones rurales non reliées au réseau de gaz, solution de remplacement privilégiée. La région envisage donc l’octroi d’aides financières publiques. Et il serait même possible d’aménager des exceptions pour les zones trop reculées.

En Flandre : 2021

En Flandre, il ne sera plus possible d’installer de nouvelles chaudières au mazout dès 2021. Mais la Flandre fait la distinction entre les habitations existantes, d’une part, et les nouvelles constructions et rénovations lourdes, d’autre part. L’échéance de 2035 s’appliquerait aux premières ; 2021, aux secondes.

À Bruxelles : 2025.

Bruxelles a fixé 2025 comme date-butoir et cela vaudrait pour tout type de bâtiment. Mais la transition sera plus douce dans la région, le chauffage au mazout ne représentant que 16% du parc des chaudières. Pour accompagner ses mesures, Bruxelles prévoit également des primes à la désinstallation qui seraient accessibles entre 2012 et 2025.

Alternative au mazout de chauffage.

Les solutions ne manquent pas, mais avant de choisir un nouveau mode de chauffage, il faut prendre plusieurs éléments en considération : le type de logement à équiper, la vétusté, sa localisation géographique, le budget disponible, etc.

Gaz naturel

Le choix est presque… naturel : il existe des primes au raccordement et, s’il n’y a pas de réseau, il est possible d’installer une citerne de propane.

Pompe à chaleur

De plus en plus répandues, les pompes à chaleur fonctionnent sur un principe simple : elles aspirent les calories présentes dans l’air ambiant, la terre ou dans une nappe souterraine, et les transforme en énergie. L’investissement de départ est élevé, mais le combustible de base est gratuit et une pompe à chaleur produit entre 2 et 6 fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

Les chaudières au bois, aux pellets ou à la biomasse

Ces deux solutions offrent un double avantage : elles sont écologiques et garantissent de bons rendements.

Le chauffage électrique

Énergivore et coûteuse, cette option est envisageable si elle est limitée à une pièce spécifique et installée en combinaison avec une installation photovoltaïque.

Et sinon ?

Dans le futur, d’autres options feront leur apparition sur le marché : chaudières à pile à combustible, réseaux de chaleur, géothermie, gaz d’origine renouvelable, etc. Une certitude : la transition passera par l’innovation.

Vous souhaitez anticiper l’interdiction de la vente de chaudières à mazout ? Les solutions existent. Poelaert vous conseille et vous accompagnent dans le choix et l’installation de votre nouveau système de chauffage.

Contactez-nous !